fiche exposition - Kengo Kuma, Fu-an


 Kengo Kuma, croquis Fu-An, pavillon de thé
© Kengo Kuma & Associates courtesy Galerie Philippe Gravier



dates du 10/06/2018 au 30/09/2018

Horaires :

lieu(x) :
  • Frac Franche-Comté, Cité des arts, 2 passage des arts - 25000 Besançon

nature de l'exposition exposition monographique

Imprimer




À l’occasion de ses 5 ans au sein de la Cité des arts de Besançon, le Frac présente une œuvre nomade de son architecte Kengo Kuma.

Le pavillon de thé, baptisé Fu-an, littéralement «espace de cérémonie de thé flottant dans l’air», est une structure lumineuse, légère, invitant à la contemplation, au recueillement et à une expérience comparable à celle offerte dans les maisons de thé traditionnelles au Japon lors de la cérémonie du thé.

Fu-an est aussi une des œuvres nomades les plus importantes et les plus poétiques de Kengo Kuma. Il s’agit d’une construction éphémère composée d’une bulle de plastique gonflée à l’hélium et recouverte d’un voile d’organza arrimé au sol par des petits galets. Elle abrite des tatamis. La façon dont l’espace est conçu n’impose pas l’autorité d’une entrée principale. Lorsque le visiteur pénètre au sein de cette structure flottante et aussi évanescente qu’une méduse, il est invité à s’asseoir et à contempler les qualités tactiles et visuelles des matériaux aériens. Ouvert sur l’extérieur et mouvant au gré des variations de lumière, changeant dans la durée, Fu-an reflète parfaitement un des principes architecturaux fondamentaux de Kengo Kuma.

Avec Fu-an, Kengo Kuma transcende les oppositions en alliant la fonctionnalité moderne du plastique à la noblesse traditionnelle de l’organza ; cette association permet aux visiteurs de vivre une expérience anachronique de l’espace et du temps. Pour l’architecte japonais, il s’agit de développer une structure dans laquelle l’utilisation de la matière et de la lumière permettent de susciter un sentiment de protection et d’intimité qui contraste avec la transparence et la légèreté de l’organza utilisé en souvenir des robes des anges célestes des légendes japonaises.

Commissariat : Sylvie Zavatta


Kengo Kuma
Né en 1954, Kengo Kuma fonde son agence en 1990 à Tokyo, la Kengo Kuma & Associates, puis en 2008 à Paris, la Kuma & Associates Europe.

Lauréat de nombreux prix, il a conçu plus d’une cinquantaine de bâtiments dans le monde (la Maison de bambou à Pékin ; LVMH à Tokyo et à Osaka ; la Cité des Arts à Besançon ; le Frac Paca à Marseille, le futur stade olympique à Tokyo) qui le placent parmi les architectes les plus importants de sa génération.

Le paysage et le contexte constituent les enjeux majeurs du travail de Kengo Kuma.

C’est pourquoi il privilégie des matériaux naturels et vernaculaires comme le bois, la pierre, la terre, voire le papier japonais - comme pour le musée consacré à Ando Hiroshige, situé à Bato (Japon) - matériaux parfois fragiles que l’architecture japonaise a toujours privilégiés. Pour lui, l’architecture doit se «?plier?» à la nature, s’effacer, et être perméable aux variations extérieures.

L’architecture de la Cité des arts à Besançon, caractérisée par une façade rythmée par un jeu de vides et de pleins laissant jouer la lumière comme au travers des feuilles d’un arbre, en est le parfait exemple.


Partenaires médias :

logo parisart



logo prohelvetia


logo diversions



logo lesinrocks