fiche exposition - Sound-Houses #1

Tom Johnson, Alvin Lucier


 Tom Johnson, Clarinet Trio, 2012
© Collection Frac Franche-Comté - © Tom Johnson



dates du 14/09/2013 au 01/12/2013

Horaires : du mercredi au vendredi de 14h à 18h / samedi et dimanche de 14h à 19h

lieu(x) :
  • Frac Franche-Comté, Cité des arts, 2 passage des arts - 25000 Besançon

nature de l'exposition exposition collective

Imprimer




Depuis 2011, le Frac explore avec Sound-Houses les liens entre musique, son et art contemporain. Cette exposition, première d’une série liée à ce thème, présente deux pionniers de la musique expérimentale dite « minimaliste » : Tom Johnson et Alvin Lucier.

Tous deux issus du conservatoire, Lucier et Johnson prendront des chemins de traverse, au contact de personnalités telles que La Monte Young ou John Cage. Leurs approches, très différentes, ont un tronc commun : la recherche d’une beauté issue de la nature, et non ajoutée artificiellement par la main de l’artiste, à travers les mathématiques chez Johnson, à travers une observation attentive de la nature chez Lucier.

Johnson utilise la gamme à 12 demi-tons, auxquels il assigne des nombres avec lesquels il joue, selon des processus mathématiques transcriptibles en dessins, qui constituent les partitions ; la musique se veut prévisible et détachée de la subjectivité du compositeur. Le dessin est à la fois partition et support à l’imagination pour le spectateur, qui peut se représenter la musique sans qu’elle soit nécessairement jouée.

Dans le Clarinet Trio, il s’agit de mathématiques combinatoires, des jeux logiques d’agencement de séries

……..

Commissariat :
Sylvie Zavatta, directrice du Frac Franche-Comté

Partenaires :


logo parisart logo inrocks



de nombres selon des règles précises, qui sont rendues visibles à travers les dessins ; chaque règle s’y matérialise selon des agencements géométriques différents. Alvin Lucier explore, lui, des processus naturels : ondes générées par le cerveau, résonances présentes dans les espaces, qu’ils soient petits (coquillages, petits objets…) ou grands (grottes, salles de concert.) Cet intérêt pour la résonance le mènera à s’intéresser aux boucles de « feedback » ou « Larsen » : le son capté par un micro est amplifié, et simultanément recapté et réamplifié encore… Dans Empty Vessels, ce son est sculpté par différentes formes de vases qui entourent les micros, par la résonance de l’espace, et par le déplacement des spectateurs.

Ces oeuvres sont accompagnées d’un espace documentaire qui propose des films sur les deux artistes, des playlist à écouter et des vitrines où sont exposés des documents autour de la musique expérimentale. Des ouvrages thématiques sont également en consultation libre dans le centre de documentation.

Une grande partie de ces documents est généreusement prêtée par l’Espace multimédia Gantner.