fiche exposition - Metropolis



 metropolis - vue générale de l'exposition
©



artiste(s) du fonds MAILLARD Patrick - BYARS James Lee - BREER Robert - BEIER Nina - GEOFFROY Christiane - PETITGAND Dominique - GUPTA Shilpa - COUTURIER Stéphane - CLOSKY Claude - VOÏTA Bernard - TRAQUANDI Gérard - BERTHET Jacques - WURM Erwin - MOUCHA Miloslav - RICARDON Jean - GARCIA TORRES Mario

dates du 03/04/2004 au 30/05/2004

Horaires :

lieu(x) :
  • Artothem - Autrey-les-Gray

nature de l'exposition exposition collective

Imprimer


Le thême de l'univers urbain est présent dans l'œuvre des artistes dês le début du XXe siêcle, tant dans la production photographique que picturale : Piet Mondrian avec Boogie-woogies associe le rythme de la ville à un tempo de jazz, Fernand Léger, avec Les Constructeurs, rend compte de l'homme moderne dans l'univers urbain et Robert Delaunay comme les photographes André Kertesz, Germaine Krull ou Rodchenko créent, dans leurs œuvres, un hymne à la beauté de la ville moderne.
Aujourd'hui, le phénomêne de l'exposition de l'urbanisation qui caractérise aussi bien les pays riches que ceux du Tiers-Monde, avec la paupérisation des banlieues et la « muséification » des centres-villes, se généralise et pose de vrais défis à nos générations. La fascination a fait place à l'inquiétude, face aux problêmes liés à cette urbanisation galopante, et les artistes rendent compte à leur maniêre de ces phénomênes. Ainsi, Marie-José Burki filme dans sa vidéo Horizons of a world la banlieue de Genêve à la façon d'une caméra de surveillance, d'une maniêre systématique et distanciée, associant ce no man's land morne à ceux de toutes les grandes agglomérations.

Les photographies de Thierry Bernard, Z. A. n-11 & Z. A. n-13, enregistrent également cette désolation périurbaine, ces zones à l'urbanisation sauvage, sans architecture, qui contaminent toutes les villes du monde.
A la pollution visuelle, due à l'envahissement de la publicité sur les murs de nos cités, Mimmo Rotella et Marie-Noëlle Décoret répondent par le détournement et l'humour.
La ville comme source d'inspiration créatrice se retrouve dans l'œuvre de Véronique Joumard, Les Lumiêres de la ville, dans l'Architecture détruite de Didier Marcel, dans les photographies de Nicolas Moulin, mais également dans l'installation de Martin Boyce.
FIXER, le souvenir d'une ville aimée, de la vie qui passe est inscrit dans l'œuvre de Richard Baquié.
Paradoxalement, cette exposition rassemble des œuvres sur le thême de la ville dans un lieu situé à la campagne ! Elle répond d'une certaine maniêre aux manifestations récentes* organisées en centre-ville sur le thême du... paysage ! Sans doute sont-elles, chacune à leur maniêre, le reflet de préoccupations similaires sur la place de l'homme dans son environnement et la pérennité d'un viable pour celui-ci.
A.D

* Expositions organisées en 2004 par le Centre d'Art Le 19 à Montbéliard, Belfort, Gray et Besançon.