artiste

Choisissez un artiste dans la liste

Stéphan GIRARD

Né en 1968 - France • Vit et travaille à Besançon


«Marcher, arpenter, n’avoir de cesse de regarder, d’observer. Se laisser envahir, se faire happer pour s’approprier les lieux et ainsi saisir la simple présence de ce qui est.»1 Les promenades photographiques de Stephan Girard proposent une errance dans les souterrains, les recoins du monde. Dans des bâtiments industriels ou dans des parcelles de forêts abandonnées, l’artiste quitte la surface pour se faufiler dans le ventre des mondes. Naturelle ou industrielle, c’est la quête incessante d’une humanité déshumanisée qui se traduit dans la profondeur de noirs abyssaux d’où filtre une lumière vibrante et fragile. Enfermement entrouvert, l’invitation à parcourir ces lieux n’est jamais labyrinthique ou trompeuse. Il faut s’enfoncer, s’enfermer, se laisser emprisonner pour révéler de nouveaux espaces corporels et temporels, pour tracer de nouveaux «continents de temps»2. Les photographies de Stephan Girard sont le recel d’une corporalité absente, spectres de l’ombre évadée des hommes. Elles ne convoquent pas l’existence, encore moins la disparition, elles suscitent simplement le passage, la visite ou le séjour. Elles transposent une perception sensible de l’espace en résidence organique. Le cheminement dévoile les lueurs, les issues, la légèreté de ces architectures étouffantes. Des fantômes déambulent dans ces déserts apparents, silhouettes d’une humanité encore palpable, ils invitent le regardeur à la villégiature. Entrer dans ces lieux vides, les faire vivre, pouvoir enfin y demeurer. «Cela correspond à cette révélation que nous éprouvons quand nous restons capables d’habiter au moment même de sentir.»3

Alexandre Rolla

1 -Stephan Girard, Lignes tendues, Paris, Editions Zéro l’infini, 2003, p. 22
2 -Continents de temps, Michelangelo Pistoletto, catalogue d’exposition, Musée d’Art Contemporain de Lyon, Réunion des Musées Nationaux, 2001
3 -Mark Rothko, dans Stephan Girard, op. cit. p. 22

Oeuvres de l'artiste dans la collection
du frac franche-comte

Imprimer