artiste

Choisissez un artiste dans la liste

Didier MARCEL

Né en 1961/03/01 - Besançon France • Vit et travaille à Dijon


Maquette d’un ancien garage, cette pièce de 1992 est en fait la première de la série des «démolitions» réalisées par Didier Marcel. Les maquettes, en architecture, servent à matérialiser un projet, un futur ; dans l’architecture d’avant-garde, ce terme de projet prenait le double sens d’ébauche avant réalisation et de dessein social. Inversant le principe normal d’une maquette, l’œuvre est la modélisation d’un bâtiment préexistant, en cours de démolition. Figurant une ruine, la maquette ne peut évidemment pas être comprise comme un projet ; sa temporalité n’est pas celle de la projection dans l’avenir, mais du rappel, de la commémoration. Elle n’est pas une esquisse pour un bâtiment, mais son monument. Le bâtiment choisi étant représentatif d’une architecture héritière des préceptes du fonctionnalisme, la pièce se fait monument, en un deuxième sens, au destin manqué de cette architecture fonctionnaliste – une forme de monument à une architecture qui s’est révélée impuissante, une fois confrontée à sa réalisation effective, à remodeler politiquement l’espace social.
Ce type d’architecture requiert ordinairement des matériaux et des techniques adaptés à une durée standard, aboutissant à des bâtiments «jetables». En réemployant des déchets extraits de la poubelle de son atelier pour figurer les gravats de la maquette, Didier Marcel joue sur le caractère transitoire et recyclable de ce genre de constructions. Le principe de cette pièce peut rappeler Partially Buried Woodshed (1970), de Robert Smithson, en tant que monument paradoxal (monument par avance). Si la pièce de Smithson était une ruine artificielle (ou du moins une ruine en accéléré), tandis que la maquette de Didier Marcel est une représentation d’une ruine «non-aidée», toutes deux sont des «ruines inversées», une allégorie du travail du temps, une mise en scène de la manière par laquelle l’architecture est sujette à la même entropie qui gouverne toute matière.

Valérie Pugin

Oeuvres de l'artiste dans la collection
du frac franche-comte

Sans titre, 1991

Sans titre, 1992

Sans titre, 1992

Sans titre, 1999


Imprimer