artiste

Choisissez un artiste dans la liste

Glen BAXTER

Né en 1944/03/04 - Leeds Royaume-Uni • Vit et travaille à Londres (Royaume-Uni)


L’anachronisme, la présence du texte ne correspondant pas au dessin, les interprétations plurielles qui donnent ainsi différents sens à une même image légendée, l’absurdité de certaines séquences doublées par des annotations décontextualisées … sont des éléments récurrents dans l’œuvre de Glen Baxter. Il puise son inspiration dans des images populaires des années 1930 à 1950, tirées des westerns ou des romans un peu désuets de « jeunes filles », genre qu’il affectionne particulièrement. Les domaines de la parole et de l’écriture qui définissent des champs de compréhension diversifiés, sont ici réconciliés de manière ambiguë, à l’image d’un théâtre (celui de l’absurde). Afin que la «fonction» du personnage (cow-boy, scout, aventurier…) soit immédiate, le trait est grossit et leur panoplie stéréotypée. Ainsi, tous les clichés puisés dans les illustrations d’avant-guerre sont réactivés dans des scènes, souvent humoristiques, où les personnages possèdent un attribut précis leur conférant un statut particulier : les vêtements ou les objets révèlent des caractères sociaux (comme le costume trois-pièces très strict de l’homme acariâtre, la veste avec l’emblème du collège de l’écolier, les jupes plissées des jeunes filles de « bonne famille, les cheveux gominés du séducteur, etc …). Des séries d’objets (toujours les mêmes) apparaissent de manière incongrue dans certaines scènes. Glen Baxter glisse ainsi des éléments perturbateurs dans les images, si bien que les situations deviennent décalées, voire anachroniques. Le hennin, par exemple qui est une coiffe assez haute, de forme conique qui était portée par les femmes au XVe siècle, est un élément réutilisé de manière détournée dans certaines séries d’images, car l’artiste les fait porter uniquement par des hommes. Dans un même ordre d’idée, Baxter affuble les femmes de barbes et déstabilise nos repères traditionnels. D’autres objets ou matériaux sont employés à des fins ambiguës (la pierre ponce, les pellicules capillaires, le suif ou le liège). Pour At dawn on the third day I began to suspect that we might, in fact, be lost, la scène est doublement incongrue : deux aventuriers égarés « naviguent » dans un intérieur cossu, et une pierre ponce bleue est installée dans le décor à même le sol. Glen Baxter s’approprie ainsi des objets facilement assimilables et leur confère un nouveau sens, une seconde existence. Entre ce qui est admis habituellement comme étant le « bon sens », et son détournement qui s’exprime dans l’absurde et le « non-sens », Baxter joue subtilement de ces notions en nous proposant plusieurs registres de lecture pour une même image.
Le décalage entre la situation et la légende renforce l’impression d’étrangeté mêlée à un humour mordant. Cette démarche de coller ensemble des choses qui n’ont aucun rapport fait référence au Dadaïsme, dont l’artiste revendique une certaine parenté, comme d’ailleurs avec la notion de nonsense, faisant partie d’une tradition typiquement britannique.

Valérie Pugin

Oeuvres de l'artiste dans la collection
du frac franche-comte

Imprimer